Les Tutos de Fanel le Flan
0

4 posts in this topic

Fanelson    1

Salut !

Certains le savent, j'adore la création d'univers fantasy (même si j'en ai jamais fait un à 100%). C'est quelque chose que j'apprécie beaucoup. Sûrement car je passe mon temps à imaginer de nouvelles choses qui pourraient entrer dans des univers fantasy.

Le but de ce sujet est de proposer plusieurs tutos destinés à aider notre grand chef Lymdun à améliorer l'univers d'Alteros Online.

 

Et pour commencer en beauté, on va parler ! Oui. Parler.

 

Tuto N°1

+ Le langage +

 

La langue est quelque chose d'utile dans un univers fantasy. Il va y avoir 2 grandes utilisations :

- la création d'une identité pour les PnJ

- la création d'une identité pour les villes, villages, forêts, montagnes, etc.....

 

Note : je ne suis pas Tolkien. Personne ne peut s'en vanter. Ce mec était un linguiste et à passer un bout de temps de sa vie à écrire des langues cohérentes, à tel point que n'importe qui qui se renseigne peut écrire un poème en elfique. Ce tuto permet juste de créer une langue basique et simple.

 

Chapitre 1 : L'alphabet et construction générale

 

Avant de commencer, il faut créer la langue. C'est logique mais on peut pas commencer par autre chose. Il est important de trouver des noms qui sonnent bien avant de commencer. Lymdun a décidé de nommer son monde "Alteros". Je vais donc axer la construction de la langue autour de ce mot.

Note importante : La langue créée servira uniquement pour les prénoms de PnJ et les lieux. Cette langue est ancrée dans le monde mais plus personne ne sais la parler. En effet, si elle a existé sous tradition orale, il n'existe aucune forme écrite de cette ancienne langue. De plus, en plusieurs siècles, cette langue a évoluée afin de donner l'humain, c'est à dire la langue que le joueur peut lire (le français, l'anglais, l'espagnol.... selon l'origine du joueur). Elle persiste encore car les prénoms, noms de famille et noms de lieux existent toujours. La langue a donc disparue mais reste encore présente.

 

Bien. Découpons Alteros : AL-TE-RO-SE. Ou encore HA-LE-TE-RO-SE. On peut voir un prédominance de bloc Consonne-voyelle (C/V). Le second découpage est d'ailleurs construit comme cela : CV+CV+CV+CV+CV. Cette construction rappel fortement la construction japonaise. Il suffit de se pencher 30 secondes sur le japonais pour le voir. Bien sûr, ce n'est pas une science exact, mais faut avouer qu'il y a une grosse ressemblance. Quelques exemples :

Lieux : Tokyo, Kyoto, Osaka, Nara, Kobe, Yokohama, Nagoya, Nagasaki, Hiroshima, Fukushima....

Prénoms (du manga Naruto mdr) : Naruto, Sasuke, Sakura, Kakashi, Tsunade, Madara, Itachi...

 

Voici les points observables :

- le japonais utilise des blocs CV. Le C peut être doublé, en sachant que le Y est considéré comme une consonne.

- le premier bloc de certains prénoms peut être un bloc CV mais aussi un simple bloc V.

- les prénoms ont généralement tous la même longueur de bloc, à savoir 3. Les noms de lieux sont variables, entre 2 à 4 blocs.

 

De plus, notre cher Lymonade aime le japon (qui n'aime pas ce pays ? Personnellement, je trouve que s'inspirer du Japon est une bonne chose). Du coup, cette construction va dans le sens de notre chef. Car si cela ne lui plait pas, bah c'est pas super ouf.

 

Nous avons donc une sorte de base pour notre langage, mais ajoutons d'autres règles. En effet, Alteros n'entre pas dans les points observables (qui sont des règles que nous allons appliquer à notre langue).

- le premier bloc d'un nom de lieu peut être CV mais aussi VC.

- si un nom de lieu se termine par E, cette lettre est supprimée du nom final.

 

Du coup, voici comment se construit Alteros :  le premier bloc, un bloc VC (AL), suivi de 3 bloc CV normaux (TE-RO-SE). A la fin de la génération, on a ALTEROSE. Suivant la règle, on supprime le E final du nom de lieu et on obtient ALTEROS.

 

Bien, nous avons nos premières règles de langage, il faut déterminer l'alphabet utilisable. Afin de rendre notre langue un peu unique, il faut enlever certaines lettres de notre alphabet. Il y a un double effet à ça : les noms se ressemblent (ce qui est très bien. Regardez 2 minutes les régions et départements de France, je crois qu'on ne tombe pas sur un truc du style Xyaq'No-les-bains). Le second effet, c'est que les lettres choisie donnent un aspect à la langue.

Par exemple, une langue Naine serait très dur, cassante. En effet, les Nains sont des mineurs, vivent sous la montagne. Le D, T, K et R serait donc très présent, ainsi que le G (qui donne une note un peu gutturale et grasse, typiquement Nain). Le M et le N serait aussi présent, car si on prolonge ses consonnes, on dirait du métal qui vibre (les Nains sont de grand forgerons). Le L, le J ou le F serait plutôt pour une langue Elfique, car plus coulant et fluide (qui est plus le domaine des Elfes gracieux et légers comme l'air).

Décomposons encore Alteros : on trouve les voyelles L, T, R et S. Le R vient du fond de la gorge, tandis que le L, T et S vient du palais, avec la langue collée (ou presque, pour le S) a ce dernier. Ce sont des consonnes alvéolaires. On retrouve le S, le T, le R, le L, mais aussi le N, le D et le Z. Le C aussi, mais rejoint le S.

Quand au R, on peut retrouver dans le même genre le G (prononcez "Geu" juste pour voir. Vous allez passer pour un gland mais vous allez voir d'où sort le G), le H poussé aussi, le K, le Q (qui rejoint le K), le W (pareil que pour le G, prononcez "Waa") et enfin, le Y (prononcez "Yann").

 

On a donc déjà une petite liste de lettres, mais enlevons le Z. Pourquoi ? Car je l'aime pas, je trouve que ça va casser l'identité de la langue. Car je vais aussi m'inspirer d'autres langues que j'aime, notamment l'irlandais et le breton.

Sur ce site : http://irlande.blogs.liberation.fr/2010/09/09/le-gaelique-une-langue-a-en-perdre-son-latin/, voici que que l'on peut lire :

"Paradoxalement, malgré une orthographe complexe, le nombre de lettres est pas mal réduit: point de j, k, q, v, w, x, y ou z (sauf dans le cas de certains mots empruntés à l’anglais)."

Bon, c'est bien mais le K est dans la lignée des lettres qui résonnent entre elles. le W est utilisé dans d'autres langues celtiques, comme dans le breton par exemple  (le Gween ha Du, qui signifie "Blanc et Noir", qui est la Drapeau de la Bretagne) ou l’écossais (même si un peu anglais...), avec William Wallace, célèbre héros d’Écosse (le film Braveheart raconte un peu sa vie). Quand au J, Q, V, X et Z, on peut effectivement les enlever.

Voici l'alphabet que l'on connais : AEIOUY - BCDFGHJKLMNPQRSTVWXZ (voyelles/consonnes séparées)

Voici celui d'Alteros, après un premier tri : AEIOUY - BCDFGHKLMNPRSTW (en gras et orangé, ce sont celles que nous avons noté plus haut. Et on a enlevé le J/Q/V/X/Z, comme précisé juste avant. Le A/E/O, étant une composante d'Alteros, sont bien évidemment obligatoire)

Quand est il du reste ? Et bien, au niveau des voyelles, on peut toutes les garder, ce n'est pas un problème. Pour les consonnes, nous en avons suffisamment pour créer une bonne langue assez caractérielle. Au final, nous avons : AEIOUY - DGHKLNRSTW, soit un total de 16 lettres (ce qui fait un sacré tri !)

 

Chapitre 2 : L'identité humaine

 

Comme nous l'avions vu, l'identité humaine reste fixe au niveau de sa construction (c'est à dire : 3 bloc CV). Pour l'identité du nom de famille, il y a plusieurs moyens :

- créer un vrai nom de lignée, comme par exemple "Frodon Saquet", qui identifie le sang familiale et ses liens.

- utiliser le nom de son père pour décliner son identité, comme par exemple "Aragorn, fils d'Arathorn". Ce système fut très utilisé par les Vikings, mais la colonisation d'une partie de l'Angleterre à permis le changement de "Bob, fils de Thor" à 'Bob Thorson", car le "Son" signifie "fils" en anglais (y'avais vraiment besoin de ce cours d'anglais ?). D'ailleurs, il n'est pas rare que dans les milieux anglophones, on retrouve des noms de famille en "-son", car c'est un dérivé de "Bob, fils de Thor".

 

Pour le second cas, il suffit de trouver un suffixe qui signifie "fils de", afin de réutiliser la méthode. Certains Vikings avaient bien sûr autre chose que "Thorson" en nom de famille, comme par exemple Thorfinn Karlsefni (Karlsefni signifierait apparemment "destiné à de grandes choses"). Il est aussi possible de rester sur la méthode originale "Bob, fils de Thor", même si c'est un peu long pour se présenter.

Pour le premier cas, il suffit de créer des noms ayant une signification. Par exemple, mon nom de famille, c'est Paris. Oui, comme la ville. Ou encore Jean Dujardin (à l'origine, le premier Dujardin aurait été un mec s'occupant des jardins). Les noms de familles ont tous une signification, quelle que soit la région d'origine de ce nom de famille.

 

Chapitre 3 : l'identité territoriale

 

Pour l'identité du territoire, c'est un peu pareil que les prénoms. Il y a 3 types de noms de terrains :

- les noms spéciaux, qui ont une signification, mais écrit dans une langue ancienne (le Rohan, Isengard... ; LotR)

- les noms à mots-valises (Rivebois ; Skyrim)

- les noms descriptifs (Le Désert de Sel ; L'Elfe au Dragon)

 

Je crois que j'ai pas besoin de réexpliquer comment ça marche. Si il existe une montagne très dangereuse, elle peut se nommer le Pic de la Brisure (descriptif), Mortmont (mots-valises) ou Ratonak (nom spécial).

 

 

 

Le plus dur, je pense, est la construction de la base de la langue, car après, c'est très rapide (il suffit de comparer la taille des chapitres). Une fois la base de la langue en poche, il est facile de créer son langage, car on possède les lettres et les règles primaire pour tout construire. Il suffit ensuite de réaliser un générateur à l'aide d'un programme (Andra m'en a fait un sur du Python, ça marche très bien) afin de commencer à nommer les PnJ.

 

Ce premier tuto est donc terminé ! J'ai commencé par celui-là car il me semble le plus intéressant avant de se lancer dans d'autres trucs un peu plus chiant (oui, c'est possible). Sur ce, je vous dit à la prochaine !

Edited by Fanelson
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

(c'est cool la profanation de cimetière, j'vais remonter se cadavre-ci aujourd'hui)

Je n'ai qu'une unique remarque à faire. Tu a viré le M et le P, certes, mais pourquoi croit tu que "maman" et "papa" soit aussi similaire dans un nombre aussi absurde de langue de part le monde ? C'est simple, se sont littéralement les premier son que le bouche humaine est capable de produire. Si tu les enlèvent t'a aucun moyens de transcrire ses sons, donc perso je les aurai laisser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
0